Rechercher
  • Rafaëlle Djian

Le piège de l'ego

Mis à jour : 25 févr. 2018



Qu’est-ce l’ego:

L’ego c’est le « moi je »: la pensée selon laquelle le point de référence du monde c’est le moi. C’est aussi ce besoin en nous d’être choisi, different, regardé.

L'ego c’est l’ensemble de mes croyances sur le monde, autrement dit c’est la réalité avec comme filtre ma perception, mes croyances, mes émotions.

L’ego crée l’identification à ma pensée: je suis ce que je pense, mes convictions c’est moi, c’est ma vérité, ma singularité, ce que je représente.


L’ego est cruellement attaché à l’idée de la permanence

or la permanence est une illusion: tout est changement, mouvement et impermanent. Rien n’est fixe. Le monde est en constante évolution: je ne contrôle pas la permanence des choses: que ce soit mes relations, mes statuts, mon emploi, mes possessions ou ma santé.

Quand l’identification à l’ego est puissante je m’attache davantage au matériel, aux richesses extérieures, aux statuts. Mon ego est rassuré par l’image que je renvoie, à moi et aux autres. L’égo c’est mon regard sur le monde qui ne laisse aucune place au regard de l’autre.


L’ego c’est aussi d’une certaine façon les personnages que l’on s’imagine devoir jouer dans la pièce de la vie: le fils idéal, la mère aimante, la petite amie parfaite, le médecin sauveur, le PDG invincible…se rendre indispensable, choisi, different ou meilleur.

Avez-vous remarqué comme le cerveau fabrique constamment des identités ? Des invincibles, des immortels, des gagnants, en somme l’envers de n’être rien …c’est-à-dire mort. Un ego sur développé exprime une peur profonde de la mort, de n’être plus rien, socialement oublié.



Les nourritures de l’égo:


L’ego se nourrit de l’approbation des autres: compliments ou autres flatteries qui délivrent un sentiment de supériorité.

L’esprit de compétition est également un formidable révélateur de l’ego: il délivre un message puissant tel que: « Je suis un individu différent du reste du monde » « Je suis le meilleur »


Autre axe de développement de l’ego c’est l’opposition permanente et radicale: mon opinion est différente, je suis différent, j’exacerbe ma différence et j’en fais une singularité, une fierté, une raison d’être regardé ou admiré.

Autre nourriture très puissante et infinie de l’ego, le jugement: poser sur l’autre un jugement de valeur en cas d’incompréhension, chercher à se sentir supérieur.



Sortir du piège de l’ego

Sortir du piège de l’ego consiste à retourner au moment présent: sortir de ses préoccupations futures, de ses rêveries, arrêter de vivre au conditionnel ou au passé. Les espérances ne suffisent pas, elles sont la négative de l’instant, de l’existence, de la vie.

L’ego ne vit pas dans le présent or l’éternité ne se conjugue qu’au présent.


Accepter de ne pas pouvoir se sentir pleinement en sécurité, admettre l’impermanence des choses permet de prendre conscience de leurs valeurs et de l’importance de profiter de tout ce qui est important, rare et précieux car il n’existe pas la certitude que cela sera encore le cas demain.

Quitter le masque social: je m’accepte tel que je suis et je n’ai rien à prouver aux autres. Ma force, mon intelligence et toutes les valeurs que j’ai en moi sont à moi, je n’ai pas à les exploiter pour me définir ou pour exister.

Je vis ma vie, et non plus seulement dans mes pensées ou mes questionnements: « suis-je assez belle? » « Suis-je assez intelligent? » « Est-ce que je suis digne d’amour » , les questionnements, analyses, quêtes de réponses nous coupent de la réalité et de l’instant présent.

S’aimer soi-même c’est quand il n’y a plus de « je » aux prises avec des tourments, du mépris, la peur de disparaitre ou d’être oublié.

S’aimer pour de vrai c’est ne plus avoir besoin de l’amour de l’autre pour se sentir exister ou heureux mais pouvoir être pleinement conscient de sa capacité à aimer.

Développer le non-jugement et l’acceptation de la différence: réaliser à quel point quand l’autre est different j’apprends, j’explore, je grandis.


Pour sortir du piège de l’ego il est aussi fondamental d’intégrer et d’accepter que personne ne détient la vérité.


Rafaëlle Djian




310 vues

 Copyright 2017 Cabinet Rafaelle Djian

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle