PROSTRE



La fuite ou l’attaque.

Ce sont les réactions instinctives que le corps met en place pour survivre.

La fuite ou l’attaque.

Ce sont les stratégies que l’instinct animal, naturellement inscrit en chacun d’entre nous, animaux humains, applique depuis la création de l’humanité.


La fuite ou l’attaque, déclenchée par cette si puissante émotion qu’est la peur pour préserver notre espèce.

Depuis qu’il a muté, s’est redressé, à évolué, l’homme n’est plus confronté quotidiennement à des prédateurs qui mettent en danger sa survie, son intégrité physique.

Depuis qu’il a évolué l’homme est cependant confronté à une autre forme de danger: les traumatismes psychiques.


« Le traumatisme psychique ou psycho traumatisme est l'ensemble des mécanismes de sauvegarde d'ordre psychologique, neurobiologique et physiologique qui peuvent se mettre en place à la suite d'un ou de plusieurs évènements générant une charge émotionnelle non contrôlée et dépassant les ressources du sujet. Il s'exprime très souvent par un trouble de stress post-traumatique mais également par des troubles de l'humeur, de la personnalité, de l'alimentation, troubles anxieux généralisés, symptômes dissociatifs, troubles psychotiques aigus, maladies liées aux stress.

Les causes possibles du traumatisme sont diverses : perte d'un être proche, viol ou autre abus sexuel, accident, harcèlement moral, violence conjugale, endoctrinement, victime de l'alcoolisme, menace ou témoin d'un événement traumatisant, particulièrement durant l'enfance, traumatismes précoces, troubles de l'attachement.


Des événements tels que les catastrophes naturelles, les guerres ou autres violences aggravantes peuvent également contribuer à un traumatisme psychique. Une exposition à long terme à des situations telles que la pauvreté ou autres formes d'agression, comme les humiliations et agressions verbales, peuvent être également traumatisantes. »


Face à ces traumatismes d’ordre psychologique et non plus à des attaques physiques l’homme a développé une autre forme de réaction: l’immobilisme.


Il se fige. Prostré.

La peur devient glaçante.

Laissant inerte. Paralysé. Pétrifié.

Face à certains traumas et à la violence qu’ils impliquent, l'homme a bridé son instinct. Il a alors perdu sa capacité d’action, de mouvement.



En coaching on s’attache, au moment opportun, à mettre le sujet à nouveau dans l’action.

De nombreuses recherches associées aux neurosciences ont démontré l’impact positif de la mise en action du sujet au cours d’un trauma.

Lorsque l’individu réussit à sortir de sa paralysie pour participer d’une manière ou d’une autre, pour contribuer, pour poser une action aussi minime soit-elle, il a été démontré que le traumatisme ne s’inscrit pas de la même manière.



En clair, lorsque j’ai le sentiment de participer à ma sauvegarde ou à celle d’un autre, d’être acteur d’une situation, alors je traverse mieux l’épreuve générée par le traumatisme.

Pouvoir puiser dans ses ressources pour survivre à la douleur cela permet de trouver, en soi, la confiance et la sécurité pour dépasser les traumatismes.

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram
  • Facebook Basic Square