Rechercher
  • Rafaëlle Djian

Se libérer de la dépendance affective


La dépendance affective qu’est-ce que c’est concrètement ?

Quels sont les signes révélateurs, sur quels comportements accroitre sa vigilance ?

La dépendance affective pourrait se résumer à « l’autre c’est moi »ou encore « je ne suis rien sans l’autre ». Pour une personne en situation de dépendance affective, l’anxiété devient ingérable à la pensée de pouvoir être seul et nous rend alors presque « prêts à tout » pour éviter cette solitude.


La notion de limite entre individus devient alors très floue : avoir du mal à prendre des décisions par soi-même, sans avis extérieur, conseil ou validation d'un tiers. Avoir besoin d’approbation et d’accompagnement pour la prise de décision.

C’est aussi des situations où nous sommes très régulièrement sujet à la déresponsabilisation : je compte sur les autres pour assumer les responsabilités qui sont les miennes au quotidien, dans tous les domaines de vie et même les plus importants.


La dépendance affective fait aussi craindre le moindre désaccord. Le conflit est compliqué à gérer, parfois insoutenable et donc rarement provoqué. On aura alors tendance à satisfaire les besoins de l’autre avant ses propres besoins, jusqu’à ne plus savoir quelles sont ses propres envies, désirs, émotions…


Alors comment quitter ce fonctionnement qui nous prive de liberté et d’autonomie ?

Le coaching permet un accompagnement sur mesure afin de s'autonomiser durablement et en profondeur.

Il s’agit de pouvoir adopter un certain nombre de comportements qui tendent à libérer sa puissance personnelle, à accroitre l’amour de soi pour finalement se sentir bien avec soi-même et remettre l’autre à sa juste place.


Il n’est plus ma béquille, il est mon alter égo. Il n’est plus un danger (risque d’abandon), il est un individu, choisi en conscience pour qui il est et non pour ce qu’il nous apporte.


Entreprendre un coaching dans ce contexte de dépendance affective permet de redevenir le maitre de ses décisions, de ses désirs, se reconnecter à ses propres envies. Ne plus avoir le sentiment de devoir rendre de comptes. Ne plus anticiper le désir de l’autre, ni chercher à se rendre indispensable.


Prendre conscience de sa dépendance affective c’est aussi apprendre à respecter l'autre, ses limites, sa liberté, ses sentiments.

Tendre à l’indépendance, se donner enfin à soi-même la sécurité affective plutôt que de prendre le risque de la mettre dans les mains d’autrui : pour ça on travaille précisément sur la confiance en soi, l’amour de soi,et remettre l’Ego à sa juste place.


Ce sont des questions internes qui nous appartiennent et que l'on doit apprendre à résoudre pour se libérer de ses peurs.

Préférer l'illusion à la réalité ne permet pas de régler ses problématiques.

Se mentir pour sauvegarder un confort intérieur maintient l'individu dans un leurre.

La démarche d’un accompagnement tel que le coaching ou la thérapie permet de choisir en conscience l'authenticité et l'ouverture plutôt que ces prisons tendres et opaques. Il ne faut pas se faciliter le monde, il faut le comprendre.


Comprendre le monde c'est avant tout se comprendre soi-même et nos douleurs profondes nous font avancer même si les apprivoiser est un long parcours.

Apprendre à se vivre davantage au présent en acceptant que tout à une fin, et que parfois il faut savoir lâcher prise. Toutes les choses de la vie sont mouvantes et éphémères, instables et incontrôlables pouvoir compter sur soi et s’accepter et le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.


Rafaëlle Djian

168 vues

 Copyright 2017 Cabinet Rafaelle Djian

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle